© Photo: CADHP

Libéria
Afrique
Nouvelles

CADHP 69 : au Libéria, les défenseur.es des droits environnementaux sont de plus en plus vulnérables face au secteur de l’agro-alimentaire

Le mercredi 24 novembre, Solomon Ayele Dersso, Président du Groupe de travail sur les industries extractives, l’environnement et les violations des droits de l’Homme en Afrique, a présenté son rapport d’activités intersession.

À l’occasion de la présentation du rapport d’activités du Groupe de travail sur les industries extractives (WGEI), ISHR et le Liberian Civil Society Oil Palm Working Group ont fait une déclaration sur la situation critique des défenseur.es des droits humains et environnementaux au Libéria.

En effet, l’expansion des sociétés agro-alimentaires dans le pays s’accompagne d’une atteinte croissante aux droits humains des agricultrices et agriculteurs locaux/ales et de toutes les personnes qui critiquent les pratiques de ces sociétés. Les manifestations contre les conséquences dramatiques des grandes plantations sont étouffées et les défenseur.es font l’objet d’arrestations et de mises en détention arbitraires. Le vide juridique qui entoure les activités de ces entreprises les met à l’abri de toute sanction.

Par conséquent, ISHR et le Liberian Civil Society Oil Palm Group ont exhorté le Groupe de travail sur les industries extractives à :

  • Demander au gouvernement du Libéria qu’il s’attaque aux problèmes liés aux droits humains et à l’environnement dans le secteur agro-alimentaire : a) en prenant part au plan d’action national relatif aux entreprises et aux droits humains et b) en s’assurant de mettre en œuvre le projet de loi relatif aux droits fonciers afin d’officialiser ces droits. 
  • Actualiser le précédent rapport sur les répercussions des industries extractives qui incluait le Libéria.
  • Prendre acte des rapports rédigés par la société civile libérienne sur les méfaits du secteur agro-alimentaire, et demander aux bailleurs de fonds et aux entreprises concernés d’y remédier et de les prévenir. 
  • Coopérer avec les nouveaux membres de la Commission nationale indépendante des droits de l’Homme (INCHR) et les aider à garantir la promotion, la protection et le respect des droits humains dans le secteur agro-alimentaire.

Afin de mieux traiter les violations des droits humains, le Groupe de travail a adopté une décision portant création d’un outil en ligne visant à surveiller la situation des droits humains dans le secteur minier en Afrique. Il a également mené et présenté une étude de fond sur les industries extractives, l’environnement et les droits humains.

Related articles

CADHP 69 : conclusions de la 69ème session ordinaire de la Commission Africaine

Depuis 2020, la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples tient ses sessions publiques virtuellement. À l’occasion de sa 69ème session, qui s’est tenue du 15 novembre au 5 décembre 2021, une formule hybride a été mise à l’essai : les Commissaires étaient réuni.es à Dakar, au Sénégal, tandis que les autres intervenant.es participaient à distance.