France, France
, L'Europe
Nouvelles

France | Il est temps de rendre compte et de mettre fin à l’impunité pour les violences policières racistes

Lutter réellement contre les discriminations raciales est la condition sine qua non d’une société plus juste et paisible. Cette lutte passe par la fin de l’impunité notamment quand les auteur.es de discriminations et violences raciales sont des représentant.es de l’Etat. C’est ce qu’ont rappelé à la France, ISHR et son partenaire, le Collectif Urgence Notre Police Assassine (UNPA), lors d’une déclaration vidéo présentée lors de la 46ème session du Conseil des droits de l’Homme.

Read this article in English here

Amal Bentounsi, fondatrice d’UNPA a présenté ce jour une déclaration orale conjointe d’ISHR et du Collectif attirant l’attention du Conseil des droits de l’Homme sur les violences policières à caractère raciste en France. Cette dernière, membre du Conseil, est, à ce titre, tenue au respect des plus hauts standards en matière de droits humains, ont rappelé les signataires. Or, en matière de violences policières à caractère raciste, la France reste encore loin du compte, laissant perdurer un climat d’impunité lorsque de telles violences se produisent.

La déclaration a en effet dénoncé les « lenteurs judiciaires, classements ou non-lieux à répétitions, voire harcèlement judiciaire [qui]sont le lot des victimes de telles violences, de leurs proches et de leurs défenseur.es ». En effet, rares sont les cas où les policier.es auteur.es de violences et/ou autres comportements racistes sont sanctionné.es. Quand de telles sanctions sont prononcées, celles-ci restent bien en-deça des exigences d’une véritable justice dissuasive et préventive et des standards internationaux en termes de droit à des réparations. Evoquant le cas de son frère Amine, tué d’une balle dans le dos, Amal Bentounsi a souligné que le policier certes condamné, ne l’avait été qu’à une faible peine (cinq ans), assortie d’un sursis. Aucune sanction disciplinaire n’ayant à ce jour été prononcée à son encontre, ce dernier est encore un exercice. La déclaration a rappelé qu’il ne s’agit là que d’un des innombrables cas de violences ayant entraîné la mort, pour lesquelles les familles de victimes n’ont pas reçu de justice, nombre d’entre elles étant d’ailleurs encore en attente de procès après plusieurs années.

ISHR et UNPA appellent donc la France à garantir de réelles enquêtes promptes, efficientes et indépendantes, ainsi qu’à assurer que les auteur.es rendent des comptes et que les peines prononcées dans de tels cas soient fermes, afin d’apporter de réelles garanties de non-répétition. La déclaration a également appelé la France à soutenir le travail des défenseur.es qui travaillent sur le sujet, à s’abstenir de les criminaliser, et en ne les privant pas de leur principal outil de travail, à savoir la possibilité de filmer les violences.

Les signataires ont également réitéré leur appel à la Haute-Commissaire aux droits de l’Homme à ce que celle-ci se concentre sur les contributions des victimes et de leurs familles lors de la préparation de son rapport sur les violences policières et le racisme systémique contre les personnes d’ascendance africaine.

Regarder la déclaration ici:

Photo. UN WebTV

Related articles

HRC | Un an après le meurtre de George Floyd, les voix des familles de victimes et de leurs défenseur.es demeurent cruciales à l'ONU

En réaction au meurtre de George Floyd, le 25 mai 2020 aux Etats-Unis, les défenseur.es antiracistes et les familles de victimes ont réussi à renverser la vapeur à l'ONU sur la question du racisme anti-Noir.es et des violences policières. Dans une nouvelle vidéo diffusée aujourd'hui, ISHR met en lumière leurs contributions essentielles, en hommage à George Floyd et à toutes les victimes de violences policières à caractère raciste.

Haute-Commissaire | La vie des Noir.es de France et de Suisse compte

Read this article in English here

Cette semaine, ISHR, le Comité Adama, l’association « A Qui Le Tour ? », et la famille de Mike Ben Peter ont soumis un rapport conjoint à la Haute-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme afin d’attirer son attention sur des cas de violences policières ayant causé la mort d’hommes Noirs en France et en Suisse. Ce rapport conjoint est une réponse à l’appel à contributions lancé par la Haute-Commissaire en vue de l’élaboration de son propre rapport sur les violences policières et le racisme systémique aux Etats-Unis et dans le monde.

HRC45 | La France doit s'assurer que justice soit rendue pour les exécutions extrajudiciaires de personnes d'ascendance africaine

Read this article in English here

Le groupe de travail des Nations-Unies sur les personnes d’ascendance africaine a souligné l’impunité qui entoure les violences policières contre les personnes d’origine africaine. Le Comité Adama et ISHR ont exigé la fin des violences policières à motivation raciale en France, pays candidat à l’élection du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies pour 2021.