Ressource

Lancement d'une base de données documentant les cas de représailles depuis 2010

Le ISHR a lancé sa nouvelle base de données, #EndReprisals, qui rassemble en un seul endroit les cas ou situations d'intimidation et de représailles documentés par le Secrétaire général des Nations Unies (ONU) depuis 2010.

La base de données #EndReprisals du ISHR offre une plateforme (en anglais) où tous les cas inclus dans les rapports du Secrétaire général depuis 2010 sont facilement accessibles, avec des informations détaillées sur chaque cas, y compris les activités des groupes ou des défenseur.es individuel.les concerné.es, le type de représailles qu’ils ont subies et comment celles-ci ont été déclenchées.

Grâce à cette base de données, les utilisateurs et utilisatrices peuvent plus facilement naviguer les informations contenues dans les rapports du Secrétaire général, et rechercher, analyser et agir sur les cas ou les situations afin qu’ensemble nous puissions mettre fin aux représailles (#EndReprisals) contre les personnes qui défendent les droits humains.

Afin d’examiner les situations des droits humains dans le monde, le système des Nations unies est profondément dépendant des informations et des témoignages cruciaux fournis par les défenseur.es des droits humains et les organisations de la société civile qui documentent les situations, les abus et les violations. Ces groupes et individus sont des voix essentielles représentant des communautés qui doivent faire partie des conversations aux Nations Unies.

Cependant, de nombreux défenseur.es sont toujours confronté.es à des risques inacceptables et ne peuvent coopérer en toute sécurité avec l’ONU. Chaque année, le Secrétaire général prépare un rapport qui documente les actes d’intimidation et de représailles visant à susciter la peur ou à empêcher les militant.es et les défenseur.es des droits humains de s’engager auprès des Nations unies, ou à punir ceux et celles qui se sont adressé.es aux Nations unies et auprès d’autres organismes internationaux.

La base de données #EndReprisals contribuera également aux activités du ISHR visant à garantir que les systèmes internationaux et régionaux de défense des droits humains disposent des mécanismes nécessaires pour prévenir les représailles et garantir la responsabilité lorsqu’elles se produisent. Le ISHR offre une protection aux défenseur.es des droits humains en danger et s’efforce de porter les cas d’intimidation et de représailles présumés à l’attention des responsables concernés afin de faire pression pour que des mesures préventives et des réponses efficaces soient apportées.

Base de données #EndReprisals

Base de données #EndReprisals

Accéder à la base de donées

Related articles

Campagne pour mettre fin aux représailles : On l'a fait !

On l'a fait ! Au cours du dialogue interactif sur les représailles avec la Sous-secrétaire général lors de la 51e session du Conseil des droits de l'homme, huit États ont évoqué des cas spécifiques de représailles. Notre travail pour mettre fin aux représailles n'est pas terminé !

À l'approche d’élections au CDH, trop de membres et de candidats ont été signalés pour des actes de représailles contre des défenseur·es

Deux semaines avant le vote de l'Assemblée générale des Nations Unies pour élire 14 membres du Conseil des droits de l'homme, 12 de ses membres actuels et huit des 18 candidats en lice ont été cités par un rapport du Secrétaire général pour avoir commis des actes de représailles contre des défenseur·es des droits humains ayant interagi avec l'ONU.

Le Niger adopte une loi protégeant les défenseur.es des droits humains après 7 ans de plaidoyer

La loi fixant “les droits et devoirs des défenseurs des droits de l'homme” adoptée par le Niger réaffirme l'engagement de l'État à renforcer la protection des défenseur.es et le rôle joué par les défenseur.es des droits humains au Niger. Sa mise en œuvre effective devrait contribuer à créer un environnement de travail favorable aux défenseur.es.