UN Photo: OHCHR

Nouvelles

La Haut-Commissaire de l'ONU Michelle Bachelet annonce la fin de son mandat en août

Le Service international pour les droits de l’Homme (ISHR) prend note de l'annonce par la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, qu'elle terminera son mandat en août.

Le poste de Haut-Commissaire requiert un·e titulaire de mandat qui a des principes, est indépendant·e, expert·e et profondément attaché·e aux droits humains. Le poste nécessite un·e titulaire de mandat qui puisse engager un dialogue stratégique tout en recherchant la responsabilité et en luttant contre l’impunité pour les violations et les atteintes aux droits humains, même celles commises par les États et acteurs les plus puissants. Cela nécessite un soutien aux défenseur·e·s des droits humains et une solidarité avec les individus, les groupes et les minorités soumis à diverses formes de discrimination et d’oppression.

Le processus du Secrétaire général de l’ONU pour la nomination du prochain ou de la prochaine Haut-Commissaire devrait être ouvert, transparent, fondé sur le mérite et il devrait impliquer une consultation significative avec des organisations de la société civile indépendantes et des défenseur·es des droits humains.

L’ISHR cherchera à soutenir et à s’impliquer de manière critique dans le travail du prochain ou de la prochaine titulaire du mandat, afin d’assurer son engagement envers une diplomatie publique en faveur de la promotion des droits humains dans le monde.

Related articles

HRC50: 1117 organisations demandent instamment à l'ONU de renouveler le mandat de l’expert en droits humains sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre

Plus de 1000 organisations de la société civile de 134 États et territoires ont publié une déclaration commune appelant au renouvellement du mandat de l'Expert indépendant des Nations Unies sur la violence et la discrimination fondées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre (OSIG).

France : Affaires Adama et Assa Traoré: des expert.es de l’ONU préoccupé.es

Depuis plus de cinq ans, Assa Traoré se bat pour qu’une enquête transparente sur la mort de son frère Adama ait lieu, et plus généralement pour la fin des violences policières et du racisme systémique en France. Du fait de son combat, les autorités multiplient les procédures judiciaires contre Assa Traoré depuis maintenant trois ans. Répondant à un appel urgent d’ISHR et du Comité Adama, plusieurs expert.e.s des Nations Unies exhortent le Gouvernement français à fournir des explications.